Article

Entre corps et âmes, Lise Bourbeau nous rappelle l’essentiel de notre condition humaine

Catégorie(s) : À découvrir, Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Happi.Body, Livres, Rencontres, Rituels, Sagesse & spiritualité, Santé

Et si nous nous arrêtions deux minutes pour prendre conscience de ce corps qui est le nôtre et qui nous soutient chaque jour ? Publié pour la première fois il y a 33 ans, le livre Écoute ton corps, ton plus grand ami sur la Terre, de Lise Bourbeau, nous rappelle que tout ce qui se passe dans notre corps est un reflet de notre esprit et qu’il nous faut donc tâcher de rester conscient des mouvements qui nous animent. Il dispense de précieux enseignements et propose de nombreux exercices pour se réconcilier avec soi sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel. Dans cette interview, l’auteure, que l’on ne présente plus, nous en dit plus sur cet ouvrage fondateur et sur quelques-uns des grands thèmes qu’elle aborde au sein de ses écrits ou encore de son école de développement personnel : l’ego, l’incarnation de l’âme, la responsabilité, les peurs, l’amour…

Happinez : En quoi notre corps est-il notre ami ? Ne joue-t-il pas souvent contre nous à travers les douleurs que l’on peut ressentir et les limitations qu’il nous impose ?

Lise Bourbeau : Notre corps est notre ami dans le sens qu’il nous envoie sans cesse des messages pour nous ramener à l’équilibre, la santé, le bonheur. Ces messages incluent des douleurs ou des situations difficiles à vivre.  Par exemple, si je touche quelque chose de brûlant, mon corps me signale la douleur pour m’aider à enlever mes doigts le plus vite possible. Le corps attire notre attention sur le fait que souvent nous ne prenons pas les bonnes décisions pour nous. Pourquoi ? Parce que nous écoutons trop nos peurs, notre ego. Le corps est heureux, en bonne santé et plein d’énergie seulement quand nous écoutons notre cœur, donc nos besoins.

 

Qu’est-ce qui vous a inspirée ces grandes lois de la vie que vous partagez avec nous dans le livre Écoute ton corps ?

Avant de démarrer mon école, j’ai suivi de nombreuses formations. Tout ce que j’enseigne est une synthèse de ce que j’ai appris. Aujourd’hui, je continue à m’instruire de toutes les façons possibles. C’est pour cela qu’il m’est difficile de dire où j’ai appris tout ce que je sais. Il peut m’arriver en lisant un paragraphe d’un livre que, tout à coup, me viennent à l’esprit des sujets que j’ai appris, sur lesquels j’ai lu ou simplement que j’ai vécus personnellement. Quand la synthèse de tout cela se fait, je ressens beaucoup d’enthousiasme, car cela me donne un nouveau moyen pour conscientiser. Aider les gens à conscientiser est ce qui me rend le plus heureuse. Ma spécialité est surtout de simplifier le plus possible pour nous permettre de sentir au lieu de forcer notre mental à vouloir comprendre. La simplicité est une des caractéristiques de l’intelligence à développer durant l’ère du Verseau, que nous vivons actuellement.

 

Vous expliquez notamment les raisons de notre présence ici sur Terre. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

Notre âme doit revenir encore et encore sur Terre tant que nous n’avons pas appris à vivre dans l’amour véritable, c’est-à-dire à nous donner le droit d’être humain avec ses hauts et ses bas, ses défauts et ses qualités, ses forces et ses faiblesses, etc. Sur Terre, nous avons le pouvoir de choisir et, au fil de milliers d’années, nous avons de plus en plus utilisé ce pouvoir pour écouter notre ego plutôt que notre cœur. Pour chaque incarnation, nous avons un plan de vie qui est choisi avec notre guide spirituel dans le monde de l’âme. Ce plan de vie vise toujours à nous ramener à l’amour. Souvent, les moyens que nous utilisons nous semblent difficiles, mais c’est toujours à cause du grand pouvoir que nous donnons à notre ego. Le plus important est de nous demander si dans notre vie d’homme ou de femme, nous nous dirigeons toujours davantage vers l’amour. Si oui, notre âme est heureuse, si non, nous souffrons beaucoup. C’est ce qu’on appelle l’enfer dans notre monde et dans le monde de l’âme.

 

Comment expliquer que malgré les connaissances spirituelles que nous pouvons développer au cours de notre vie, il y a toujours cette part typiquement humaine qui revient à la charge pour nous entraîner dans des réflexions interminables qui nous minent ? Existe-t-il un moyen d’y échapper ?

Le moyen par excellence est de décider de prendre notre responsabilité. Être responsable, c’est accepter l’idée que nous sommes toujours en train de créer notre vie et que nous devons en assumer les conséquences. Rien de ce qui nous arrive n’est la faute de quelqu’un d’autre ou d’une situation. Une fois que nous acceptons cette grande loi spirituelle, il nous est donc plus facile d’utiliser le deuxième moyen indispensable qui est la conscientisation. En se posant sans cesse la question : Qu’est-ce que j’ai fait, pensé, dit ou senti qui a attiré cette situation à moi ? Cela nous aide à être responsables et à devenir conscients que nous avons écouté notre ego au lieu de notre cœur. Voilà pourquoi je me suis spécialisée à enseigner différents outils sous forme de questions. Les gens peuvent ainsi se poser des questions pertinentes dans différentes situations désagréables. Une question clé souvent utilisée est : Cette situation désagréable m’empêche d’être quoi ? La réponse à cette question nous indique comment notre âme veut ÊTRE dans ce genre de situation. Par contre, notre ego essaie par tous les moyens de nous empêcher de l’être.

 

Vous parlez aussi des faux-maîtres. Qui sont-ils et s’il existe un vrai maître, qui (ou quel) est-il ?

Les faux maîtres sont tout ce à qui et à quoi nous donnons le pouvoir de décider à notre place. Nous devons surtout nous souvenir que c’est nous qui donnons notre pouvoir à l’extérieur. Par exemple, si ce sont les prix qui dictent ce que vous achetez, l’ARGENT est un faux maître pour vous. Votre enfant/votre conjoint vous fait du chantage et vous le laissez décider afin d’éviter une dispute ? Il est à ce moment-là un faux maître pour vous. Je nomme plusieurs faux maîtres dans le livre Écoute ton corps, mais il se peut qu’il y en ait encore d’autres dans votre vie. En devenant plus conscient, vous finirez par découvrir qui sont VOS faux maîtres.

 

Auriez-vous un exercice à nous donner pour entrer plus facilement en relation avec notre corps ?

Quand vous avez pris conscience de la grande intelligence de votre corps, le meilleur exercice est de penser à le remercier plusieurs fois par jour. Combien de fois l’avez-vous remercié de digérer tout ce que vous ingérez ? Même quand c’est souvent trop ou pas ce dont il a besoin, il est toujours à votre service, 24 heures sur 24. Faites-lui confiance ! Ne soyez jamais en colère parce qu’il est faible, qu’il se blesse, qu’il est malade, qu’il oublie, etc. Sachez que chaque fois que vous n’aimez pas votre vie, ce n’est pas la faute de votre corps, mais de vos choix. Parlez-lui souvent ! Dites-lui que vous voulez vraiment apprendre à l’écouter davantage, mais que pour le moment vous n’en êtes pas capable et que peu à peu vous allez y arriver.

 

Comment expliquez-vous, d’un point de vue spirituel, ce qui se passe actuellement sur notre planète ?

Comme la vie est parfaite et que Dieu (cette superconscience qui est le créateur de tout ce qui existe) ne veut qu’une vie parfaite, remplie de bonheur, d’amour et de joie de vivre, ce qui se passe est selon moi un moyen extrême pour attirer l’attention de tous les humains sur le fait que nous devons changer notre façon de vivre. C’est une manifestation naturelle liée à l’énergie de l’ère du Verseau. Il est grand temps que les humains redeviennent eux-mêmes au lieu de laisser leur ego contrôler leur vie de plus en plus dans tous les domaines. À l’heure actuelle, nous avons donc le choix entre vivre de plus en plus dans la peur (ego) ou décider d’être nous-mêmes et ne pas nous laisser diriger et influencer par la peur collective sur notre planète. Le choix entre une vie de surconsommation ou une vie où nous prenons le temps de vérifier nos vrais besoins. Le choix entre garder des rancunes et de la haine (ego) ou décider que l’autre n’est que notre miroir. Le choix de se juger pour tout et pour rien ou se donner le droit d’être un humain avec des limites, etc.

 

Propos recueillis par Aubry François

Visuel © Adrià García Sarceda / Unsplash