Article

Women for Bees, le programme essentiel pour la protection des abeilles et l’émancipation des femmes

Catégorie(s) : Bien-être, Happy@work, Le Coeur, Nature, Tribune

Comme le souligne très bien Thierry Dufresne, fondateur de l’Observatoire Français d’Apidologie (OFA), « Les abeilles, c’est la vie ». Leur possible extinction, qui menace depuis plusieurs années, signerait donc aussi la fin de l’humanité. Conscients de l’importance qu’il y a à les protéger, l’UNESCO et la maison Guerlain se sont réunis, en partenariat avec l’OFA, pour créer le programme Women for Bees, qui mêle harmonieusement sauvegarde de la biodiversité et émancipation des femmes du monde entier.

À travers ce programme lancé la semaine dernière, l’UNESCO et Guerlain, en partenariat avec l’Observatoire Français d’Apidologie, se sont donnés pour mission de sélectionner ensemble des femmes désirant acquérir le savoir nécessaire pour créer, une fois de retour chez elles, leur propre exploitation et susciter, à leur tour, de nouvelles vocations apicoles.

Dès le 21 juin prochain, dix femmes originaires de cinq réserves de biosphère de la planète – comme celles des Iles et Mer d’Iroise (France), des Balkans centraux (Bulgarie), du Tonlé Sap (Cambodge), de Kafa (Éthiopie) ou encore des volcans (Rwanda) – commenceront une formation accélérée de 30 jours dans le domaine de l’OFA à la Sainte-Baume, en Provence.

À raison de 10 participantes par an, ce seront 50 femmes qui, d’ici 2025, auront appris les bases théoriques et pratiques de l’apiculture, sauront gérer un rucher professionnel et qui, en préservant les colonies d’abeilles de leur cheptel apicole, participeront à renforcer le développement de la biodiversité locale. Cela représente un effectif de 2500 ruches et donc de 125 millions d’abeilles installées dans 25 réserves de biosphère de l’UNESCO.

Accompagnées sur la durée dans leurs missions par l’OFA, en lien avec l’UNESCO et Guerlain, ces femmes pourront de plus se joindre à un réseau international d’apicultrices qui en auront toutes fait leur métier. À l’intérêt essentiel du bien-être et du repeuplement des abeilles, qui sont responsables à 90% de la pollinisation des fleurs sauvages sur l’ensemble de la planète, s’ajoute un élément aussi primordial : l’émancipation sociale des femmes, rendue possible par cette activité professionnelle durable, basée sur l’expertise.

Ce programme d’éducation et de transmission des femmes du monde entier sera parrainé par l’actrice, réalisatrice et militante humanitaire Angelina Jolie. À travers lui, les apicultrices pourront générer des revenus pour les populations rurales défavorisées et améliorer la sécurité alimentaire dans les zones où la production agricole est limitée.

Pour en savoir plus sur l’univers des abeilles : www.ofapidologie.org