Article

Et si vous vous libériez des pensées qui vous freinent ?

Catégorie(s) : À découvrir, À la une, Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Psychologie

Vous avez le sentiment de manquer de temps, d’argent ou bien encore d’énergie ? Et si vous vous libériez de ces pensées qui vous freinent ? Après avoir lu cet article, plus rien ne vous empêchera de réaliser vos rêves.

Cela fait des années que vous parlez de faire un voyage autour du monde, mais ne l’avez toujours pas réalisé. Vous aimeriez lancer votre propre activité, mais bon… vous êtes désormais trop âgée. Vous savez que vous vous sentiriez plus en forme et plus énergique si vous faisiez chaque jour des exercices de yoga, mais vous manquez de temps. Vous rêvez depuis un bon moment d’écrire un livre, mais c’est un projet d’une telle envergure…
Nous avons tous des rêves, des projets et des souhaits, des choses qui nous rendraient vraiment heureux. Et pourtant, toutes ces aspirations restent bien souvent lettre morte. Nous avons tellement de voix dans notre tête qui nous empêchent de mettre nos plans à exécution que nous restons des semaines, parfois des mois, mais aussi souvent plusieurs années, avec des résolutions en suspens. Pourquoi nous freiner alors que nous savons bien qu’une vie plus belle, plus saine et plus heureuse nous attend ?
Comprendre les “avantages” cachés des excuses peut vous aider à ne plus subir leur influence, une bonne fois pour toutes.
L’un des principaux avantages réside dans le fait qu’une excuse vous confère un sentiment de sécurité. Sortir des sentiers battus est plus intimidant que de continuer à faire ce que l’on faisait. Suivre son cœur et montrer son vrai visage, par exemple en choisissant un autre travail, en reprenant des études, en s’autorisant à nouveau à tomber amoureuse… tout cela comporte des risques. Vous pouvez faire des erreurs, recevoir des critiques, passer pour une folle, voire être blessée. Peut-être ce projet échouera-t-il, se révélera-t-il hors de votre portée, ou essuierez-vous un refus. Personne n’aime se sentir en insécurité et nous mettons dès lors tout en œuvre pour éviter les risques. Vous sentez à l’intérieur de vous un cri qui vous enjoint d’entre-prendre quelque chose, de réaliser vos rêves, mais une petite voix lui répond : « Cela va sûrement être très difficile », « Je suis trop vieille », « Je n’y arriverai pas. » Et cela suffit à vous convaincre de céder au confort de la sécurité. Mais, ce faisant, vous vous négligez en écoutant toutes ces échappatoires. Vous vous privez d’une chance de trouver l’amour en n’osant pas vous inscrire sur un site de rencontres, vous vous empêchez de vous sentir énergique en entretenant vos habitudes malsaines, vous restez à l’arrêt dans votre développement en choisissant la voie la plus sûre et la plus familière.

Nouvelles convictions
« Toutes les excuses sont facilement contournables, écrivait l’auteur américain Wayne Dyer dans son livre Arrêtez de vous trouver des excuses !. Si vous devez choisir entre faire quelque chose avec ou sans effort, vous choisirez plutôt la seconde option, même si ce choix ne vous permettra pas d’atteindre vos objectifs. La partie sage de votre personnalité veut que vous meniez la vie qui vous est destinée, mais cela demande quelque sacrifice, du temps, de l’énergie mentale. L’ego fait souvent obstacle à ce que souhaite votre partie sage. Votre faux moi vous pousse et vous convainc de rester là où vous êtes. » Mais il y a une bonne nouvelle : selon Wayne Dyer, chaque pensée restrictive qui vous vient pour justifier votre choix de ne pas vivre à fond vos envies peut être contrecarrée et modifiée. Car les excuses ne sont, selon lui, rien de plus que des virus mentaux : des schémas de pensée usés, empruntés aux autres durant votre jeunesse et au cours de votre vie. Pour en sortir, vous devez remplacer ces vieux schémas rouillés par de nouvelles convictions stimulantes. Son livre nous explique clairement comment procéder. Nous en avons extrait les sept excuses les plus fréquentes. Répétez ces nouvelles convictions dès que vous vous sentirez emporté par une échappatoire. C’est la première étape pour réaliser vos rêves et vivre pleinement.

Je n’ai pas le temps
C’est de loin l’excuse la plus fréquente : vous êtes trop occupée pour pouvoir faire ce qui vous rendrait vraiment heureuse. Aussi vrai et irréfutable que ce soit, vous avez néanmoins vous-même pris les décisions qui vous ont conduit à être aujourd’hui surchargée. Il est essentiel de prendre pleinement conscience de votre propre responsabilité à cet égard. Les choses qui vous prennent désormais le plus de temps et vous demandent le plus d’attention vous semblent extérieures : un travail exigeant, des amis qui souhaitent vous voir, des enfants à conduire à droite et à gauche. Tout cela découle de choix que vous avez vous-même faits. Vous pouvez donc à nouveau modifier vos priorités et organiser votre vie de manière à avoir plus de temps pour les choses qui vous semblent désormais les plus importantes.
Quelques pensées pour vous aider à réorganiser vos priorités :
* Je peux dire non à des sollicitations qui m’empêchent de mener ma propre vie.
* Je suis libre de tout faire comme je l’entends, car il n’existe pas de règles absolues, universelles.
* Je veux me libérer du temps pour mener la vie qui m’est destinée, et ce, sans renoncer à mes responsabilités de parent, d’employée ou de conjointe.
« Je n’ai pas le temps » peut devenir « Je change mes priorités, afin de libérer du temps pour ce que j’estime vraiment important. »

Je suis trop vieille
Votre âge peut vous sembler un obstacle de taille sur la voie que vous aimeriez emprunter. Vous pouvez estimer qu’il est trop tard pour changer de métier ou pour écrire ce livre auquel vous pensez depuis si longtemps. Vous rêvez d’apprendre de nouvelles choses, mais votre âge ne vous le permet pas. Ce constat est bien sûr ridicule ! Si nous n’y prenons pas garde, nous pouvons très facilement laisser notre destin nous échapper, en nous sentant soit trop jeunes, soit trop vieux. Avant, vous vous disiez que votre manque d’expérience expliquait pourquoi vous n’aviez pas encore réalisé votre rêve, et vous constatez aujourd’hui que vous êtes passée, sans vous en rendre compte, dans la catégorie “trop vieille”. « L’excuse de l’âge découle de notre tendance à nous identifier davantage au nombre de tours que nous avons effectués autour du Soleil plutôt qu’à cette part infinie de nous-mêmes, indépendante de l’âge de notre corps. Les pensées n’ont pas d’âge », souligne Wayne Dyer et, en apprenant à vivre dans le moment présent, vous ne vous préoccuperez plus de l’âge que vous avez. Vous ne vous intéresserez plus qu’à ce que vous souhaitez faire en ce moment.
Une autre excuse étroitement liée à celle de l’âge est : « Cela va me prendre trop longtemps. » Le psychologue américain Murray Banks décrit un entretien avec une femme de 44 ans qui vient de décider de ne pas entreprendre une nouvelle formation, car elle estime qu’elle sera trop vieille après l’avoir effectuée. « Quel âge aurez-vous lorsque vous décrocherez votre diplôme ? » lui demande-t-il. « Quarante-neuf ans », répond-elle.
« Et quel âge aurez-vous dans cinq ans si vous n’entreprenez pas cette nouvelle formation ? » Cet exemple illustre une pensée fondamentale qui peut vous aider à surmonter cette excuse : le temps ne s’arrêtera de toute façon pas de tourner. La seule question à vous poser est donc : souhaitez-vous consacrer ce temps à votre épanouissement et à la réalisation de vos rêves et ambitions ou à vous morfondre en pensant à tout ce que vous auriez pu faire ?
« Je suis trop vieille » peut facilement devenir « Je ne suis jamais trop vieille pour faire ce qui me rend heureuse en ce moment. »

Je n’ai pas l’énergie
L’excuse de la fatigue est souvent utilisée pour rester ancrés dans nos vieilles habitudes. Vous n’avez malheureusement pas l’énergie d’aller faire du sport le soir ou de prendre le temps de cuisiner sainement, alors que vous aimeriez pouvoir le faire. Vous n’avez pas le courage de transformer votre jardin en ce coin de paradis qui vous rendrait pourtant si heureux.
Le fait de croire que vous manquez d’énergie peut très vite devenir une prophétie autoréalisatrice. Plus vous consacrerez de l’énergie aux pensées liées à votre fatigue, plus vous vous sentirez fatiguée. Vous le remarquerez dès que vous passerez à l’acte, l’énergie se présentera spontanément. Il est important de combattre le virus mental de la fatigue à l’aide de pensées stimulantes. La première étape consiste à concentrer votre attention sur ce que vous souhaitez créer, et non sur ce que vous ne pouvez faire ou n’avez pas encore fait.
Changez « Je n’ai pas l’énergie » en « Je vis ma vie avec passion et cette passion me comble d’énergie. »

Je ne peux pas me le permettre
« Je n’ai jamais pu voyager, parce que je n’avais pas l’argent. » « Je ne peux pas moins travailler, car je dois payer mes factures. » Certaines personnes ont plus de moyens financiers que d’autres, c’est un fait, mais même si vous êtes moins favorisée, « je ne peux pas me le payer » est une mauvaise excuse. Pour commencer : que vaut à vos yeux votre souhait ? Combien êtes-vous prête à investir, à quoi êtes-vous disposée à renoncer, sur quoi voulez-vous économiser ? En d’autres termes : à quoi êtes-vous le plus attachée ? Aux choses matérielles, à vos biens ou à votre cœur ? De plus, si vous prenez conscience de votre richesse actuelle, vos pensées changeront. Soyez reconnaissante pour toutes ces choses essentielles de la vie qui ne coûtent rien et toutes les choses que vous recevez naturellement. Si vous êtes consciente de tout ce que vous avez, vous ne vous laisserez plus entraver par la crainte d’une pénurie. Vous ouvrirez alors les yeux sur l’abondance que le monde a à vous offrir et vous découvrirez des possibilités pour accomplir vos souhaits. Vous saurez alors saisir votre chance lorsqu’elle se présentera et vous chercherez activement des alternatives pour réaliser vos rêves. Se plaindre du fait que vous manquez d’argent ne fera qu’accroître votre sentiment de manque et vous ancrera davantage dans vos anciens schémas.
« Je ne peux pas me le permettre » peut devenir « Je suis riche et je suis connectée à une source intarissable d’abondance. »

Je risque de décevoir les autres
Une des excuses les plus prégnantes est que vous ne faites pas ce que vous voulez réellement par peur de décevoir votre famille ou vos amis et d’entrer en conflit avec eux. Nous n’avons pas envie de blesser les personnes importantes à nos yeux, comme nos parents, notre partenaire et nos enfants. Pour prendre un exemple léger, imaginons que le cours que vous aimeriez suivre tombe le même jour que celui où vous devez aller chercher les enfants à la natation. Vous aurez dans ce cas naturellement tendance à renoncer à votre souhait. Mais, scénarios plus compliqués, vous n’êtes peut-être pas heureuse dans cette relation, ou vous préféreriez vivre en ville, ce qui signifierait vous éloigner de votre mère qui a pourtant besoin d’aide. Toutes ces décisions sont loin d’être faciles à prendre. Si vous avez l’impression de ne pas suivre votre cœur à cause d’autres personnes, posez-vous cette question : « Est-ce réellement le cas ? » Les autres vous rejetteront-ils ou seront-ils vraiment blessés si vous leur dites ce qui vous rendrait heureuse ? Le plus souvent, lorsque vous exprimez clairement votre aspiration la plus sincère, les autres devront sans doute d’abord s’habituer à la nouvelle situation, mais ils finiront par respecter vos choix et par se réjouir en constatant votre épanouissement.
Si ce n’est pas le cas et que certains restent contrariés ou envient votre plaisir, demandez-vous si votre présence sur Terre consiste uniquement à vivre la vie des autres. Dans quelle mesure êtes-vous responsable du bonheur et de l’approbation des autres ? Les attentes que les autres nourrissent à votre égard sont basées sur la personne que vous leur avez montrée. Si, jusqu’à présent, vous avez toujours été disponible pour les autres et pour réaliser leurs souhaits, il se peut qu’ils ne voient pas d’un bon œil le fait que vous décidiez de ne plus (toujours) vouloir les satisfaire. Si vous êtes prête à montrer une autre facette de votre personnalité, les attentes des autres à votre égard évolueront naturellement. Et peut-être dépendent-ils en réalité moins de vous que vous ne le pensez.
Retenez également que vous serez de bien meilleure compagnie si vous vous sentez bien dans votre peau et respirez le bonheur plutôt qu’en semblant toujours tenaillée et en ayant l’impression de ne pas vivre pleinement votre vie.
Changez « Je risque de décevoir les autres » en « Je préfère que les autres revoient leurs attentes à mon égard plutôt qu’ils apprécient une image de moi à laquelle je ne corresponds pas. »

Je suis comme ça
Naturellement, votre passé a forgé la personne que vous êtes aujourd’hui. Cela peut toutefois devenir une excuse si vous ne cessez d’invoquer votre jeunesse ou vos gènes pour expliquer pourquoi vous ne vivez pas pleinement votre vie. Si vous ne parvenez pas à tourner la page du passé, vous y restez engluée et vous vous empêchez de profiter de tout ce que la vie a à vous offrir. Tout ce qui s’est passé appartient – justement – au passé. Faites la paix avec tout ce qui a pu se produire dans votre vie, aussi douloureuses ces expériences ont-elles été, et prenez la décision de ne plus les laisser vous limiter. Tout cela est terminé, et c’est maintenant que vous vivez !
« Je suis comme ça » devient alors « Je vis maintenant et il m’appartient de décider de la personne que je souhaite être et de tout faire pour la devenir. »

Je n’en suis pas capable
Quel dommage ne pas réaliser vos rêves uniquement parce que vous avez peur de ne pas y arriver ! Parce que vous pensez ne pas être assez bonne pour l’emploi de vos rêves, ne pas avoir suffisamment de talent pour peindre, ne pas avoir les épaules assez solides pour ouvrir ce petit hôtel en Normandie. Toutes ces peurs anéantissent très souvent nos élans enthousiastes. D’aucuns préfèrent caresser un rêve toute leur vie plutôt que de prendre le risque de le voir échouer. Mais que peut-il arriver de grave si vous faites ce qui vous plaît le plus ? Plusieurs études ont démontré que les personnes qui suivaient leur cœur regrettaient rarement leurs choix, que ce qu’elles aient fait ait satisfait leurs espoirs initiaux ou non. Les regrets concernent surtout les choses que nous n’avons pas réalisées.
Changez « Je n’en suis pas capable » par « Pour peu que je suive mon cœur, tout ira bien. »

 

Pour aller plus loin
* Arrêtez de vous trouver des excuses ! Comment changer ses mauvaises habitudes, Dr Wayne W. Dyer, Guy Trédaniel éditeur.

Texte : D van der Neut/Happinez
Photo : Roonz Nl/Unsplash