Article

Dr. Olivier Chambon : la survivance de la conscience après la mort est évidente

Catégorie(s) : Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Psychologie, Rencontres, Rituels, Sagesse & spiritualité

Médecin-psychiatre et psychothérapeute depuis 30 ans et ancien chef de clinique des universités, Olivier Chambon s’intéresse depuis de nombreuses années aux états de conscience élargie, produits par des expériences telles l’hypnose, les voyages chamaniques ou encore les expériences de mort imminente. Participant au Festival La Conscience dans tous ses états (www.laconsciencedanstoussesetats.fr), qui aura lieu le 13, le 14 et le 15 septembre 2019 au Club de l’Étoile Paris 17, le co-auteur des livres L’Homme quantique (Guy Trédaniel) et Le Chaman et le psy (Mama Éditions) nous livre ses intuitions de scientifique sur la conscience, de sa place dans l’univers au sens de notre existence sur terre en passant par la vie après la mort.

Happinez :  Comment êtes-vous passé d’une psychologie classique à une psychothérapie spirituelle ?

Olivier Chambon : Le passage s’est fait « en douceur », par des états de conscience élargis qui me sont arrivés spontanément lors de ma formation en EMDR (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) puis en hypnose. L’initiation au chamanisme, puis la découverte des substances psychédéliques ont renforcé ma nouvelle trajectoire. Et depuis, le yoga, la méditation et le chi kong entretiennent cette ouverture au spirituel. Mais c’est surtout la perception intuitive des champs de Conscience nous entourant tous au quotidien qui nourrit mon lien avec l’Esprit.

Happinez : Qu’est-ce qu’un état modifié de conscience et quelle est son utilité dans le cadre d’une thérapie ?

Olivier Chambon : Je n’utilise pas les termes « état modifié de conscience » mais « état élargi de conscience ». En effet, dans la vie quotidienne nous sommes toujours en état modifié de conscience, plus précisément en état rétréci de conscience. Une différence essentielle est à souligner entre la grande Conscience, ou Conscience-Source, et la petite conscience, celle qui est présente en chaque être. La Conscience (avec un C majuscule) est ce qui initie et oriente la création de la matière et donc des corps. Ceux-ci portent en eux une étincelle de la Conscience, une version limitée et réduite d’elle. C’est la petite conscience (avec un c minuscule), qui s’identifie avec ses limites, ses formes, qui est même souvent « hypnotisée » par elles, et peut en oublier progressivement sa nature profonde, ses racines toujours présentes dans la matrice de la Conscience. Quand je dis « moi, je… » je parle à partir de ma conscience individuelle. Un état élargi de conscience est juste le recouvrement partiel de notre véritable nature, soit une partie de la Conscience originelle qui s’est incarnée dans la matière. C’est une reconnexion à beaucoup plus grand que notre « petit moi », marquant la reprise de contact avec des champs d’information, des énergies, des esprits et des ressources qui nous manquent dans notre état rétréci de conscience habituel. Quand je commence à me dire « je me sens un avec le Tout », c’est ma conscience qui est en train de se reconnecter avec un plus grand débit à la Conscience originelle.

Happinez : La survivance de notre conscience après la mort physique vous semble désormais évidente. Quels arguments scientifiques vous ont-ils convaincu ?

Oui, la survivance de la conscience après la mort est évidente et appuyée par les recherches scientifiques de ces 45 dernières années portant sur les « expériences périmortelles ». Il s’agit d’expériences survenant juste avant, pendant, et après la mort. On les appelle respectivement, NDA (Near Deah Awareness, état de conscience accrue à l’approche de la mort), NDE (Near Death Experiences, Expériences de Mort Imminente) et ADC (After Death Communications, expériences de contact avec les défunts, spontanées ou induites par des médiums ou par communication trans-instrumentale). Tous les faits de ces recherches convergent pour appuyer à 99% (laissons juste, scientifiquement, un petit 1% de doute) l’hypothèse que la conscience individuelle est indépendante du cerveau et survit donc à la mort de celui-ci.

Happinez : Quelle est la place de la matière dans l’univers ?

La matière est secondaire, la Conscience est première. La matière est le résultat d’une intention de la Conscience. Le développement des branches les plus avancées de la science (physique quantique, astrophysique, cosmologie) semble nous indiquer que l’Univers est un grand champ primordial de Conscience intelligent et intentionné, une matrice source. De celle-ci émergent de l’information et de l’énergie et ce sont elles qui mettent en forme (in-forment) la matière à partir du « vide quantique », ce champ initial de tous les possibles où la matière pré-existe en attente d’une réduction du paquet d’ondes de probabilités par la Conscience. La matière est, pour la Conscience, pour notre âme, comme les briques de Lego pour en enfant : un terrain de jeu qui permet de créer des choses, apparemment « en dehors de nous », qui procure des expériences développant encore plus la Conscience. C’est la toile d’expression pour l’artiste-peintre de la Conscience.

Happinez : D’après les expériences que vous avez pu vivre ou les témoignages que vous avez pu recueillir : que se passe-t-il après la mort ?  

Olivier Chambon : Les témoignages des personnes ayant vécu une expérience de mort imminente et les récits des défunts sur le moment de leur mort nous ont appris plusieurs choses. Voici quelques constantes. Premièrement l’âme, les corps subtils, se détachent du corps physique. Puis l’âme voyage à travers divers passages possibles (dont le fameux « tunnel ») pour rejoindre l’au-delà. Elle y est accueillie par l’âme de défunts proches, par des entités spirituelles et au bout d’un moment fait face à une première « revue de vie » (il y en aura d’autres au cours de son évolution ultérieure dans l’au-delà) où elle prend conscience de toutes les occasions de sa vie terrestre où elle a su ou n’a pas su aimer. Ensuite il y a de nombreux niveaux dans l’au-delà dans lesquels elle peut résider. Par « résonnance » elle va se trouver dans le niveau qui va lui aller le mieux pour poursuivre sa quête de conscience et elle évoluera progressivement vers des niveaux sans forme, sans limite, sans identification à un personnage, pour finalement fusionner dans le Tout, l’infini de la Conscience pure… Avant que de nouvelles formes ne se créent et qu’un nouveau cycle commence.

Happinez : Quelle est d’après vous le sens de notre présence sur terre ?

Olivier Chambon : Apprendre à s’aimer, aimer, redécouvrir que nous sommes avant tout des êtres de conscience, des frères et sœurs de la grande Conscience, que « moi c’est toi et toi c’est moi » : tout cela dans le but de développer et d’incarner avec jubilation les qualités de la Conscience, qui sont empathie, compassion, altruisme, tendresse, générosité, solidarité, joie (en fait des facettes de l’Amour-Lumière que représente la Conscience). Il est important de participer à la création d’un monde conscient sur Terre, car c’est aussi la tâche que nous continuerons à mener, en tant qu’âme désincarnée, dans les mondes de l’au-delà. Tout cela, au final, pour enrichir la Conscience de nouvelles informations sur elle-même.

 

Propos recueillis par Aubry François

© Greg Rakozy/Unsplash