Article

Rencontre avec Philippe Lellouche…

Catégorie(s) : À découvrir, À la une, Art de vivre, Développement personnel, Rencontres

Homme de cœur à l’âme de lion, Philippe Lellouche a un jour épousé la vie, s’y consacrant depuis lors avec une énergie sans limites. Il connaît et accepte ce grand tourbillon que chantait Jeanne Moreau, où l’allégresse et les drames se passent tour à tour le relais. Découvrez ici quelques-uns de ses amis, des incontournables pour ne pas perdre pied dans les couloirs agités de l’existence, dont l’instinct, la gentillesse et la résilience. Extrait des Paroles Inspirées publiées dans Happinez 53 – Ombre et lumière.

Trouver son chemin
Certains ont de la chance, ils savent d’emblée à quoi ils sont destinés. Les enfants ont cet élan spontané d’aller vers ce qui les anime, même s’ils finissent par en être détournés. Au fond, les adultes sont toujours des enfants, des enfants avec des problèmes d’argent. J’ai toujours dit aux miens : « Peu importe le métier, tout ce qui compte, c’est d’y aller en chantant. Si ton boulot te passionne, jamais tu ne travailleras. » Je sais bien que l’éducation et le milieu dans lequel on grandit ne nous facilitent pas toujours le choix, mais quand on se met à prononcer l’épouvantable « Ça va comme un lundi » et qu’on passe ses journées à attendre le week-end, les vacances, la retraite, il est peut-être temps de songer à tout envoyer balader. Par introspection, il est possible de trouver son chemin. Ça nous donne l’opportunité, à n’importe quelle étape du parcours, de renaître. J’aime bien la formule “le premier jour du reste de ta vie”. C’est de se dire « Maintenant, je vais faire ça parce que j’en ai vraiment envie ». Je pense que l’on est sur Terre pour s’accomplir. Le paradis n’est pas ailleurs. On n’a supposément qu’une vie, alors vivons-la avec passion, entouré des gens qu’on aime. C’est là, pour moi, la quête essentielle.

Résilience
Je pense à ce proverbe de vieux, « Faire contre mauvaise fortune bon cœur », mais aussi à cette magnifique phrase de Shakespeare : « Ce qui ne peut être évité, il faut l’embrasser. » Dans la vie, il arrive autant de coups de chance que d’événements inévitables, c’est comme ça, et j’ai même envie de dire, tant mieux. Si tout était calculé, qu’est-ce qu’on s’ennuierait ! La résilience nous fait comprendre que chaque épreuve fait partie de soi. Dès l’enfance, on vit déjà plein de minidrames. Et on espère toujours, en tant que parents, voir nos enfants y échapper. La première fois que j’ai conduit ma fille à l’école, j’ai eu un pincement au cœur : « Mon Dieu, là, je ne peux pas la protéger de tous les p’tits cons qui lui diront des trucs méchants. » Mais en y réfléchissant, ça l’aide aussi à se construire. La résilience est une qualité qui permet également de dépasser la rancune et la jalousie, deux cancers. Souvent, on me demande : « Mais tu ne lui en veux pas ? » « Eh non, j’ai vraiment autre chose à faire ! C’est une dépense d’énergie qui rend malheureux. » Et même la colère, dont on parle aujourd’hui comme d’une vertu, nous fait perdre nos moyens et se révèle néfaste pour la santé. Je sais qu’on a tous des raisons, parfois, d’en vouloir à quelqu’un, mais mieux vaut se consacrer à des projets positifs.

Retrouvez l’intégralité des Paroles Inspirées de Philippe Lellouche dans Happinez 63 – Ombre et lumière.

Propos recueillis par Aubry François Photographie Jean-Marie Marion

Acteur au cinéma comme à la télévision, réalisateur, scénariste, Philippe Lellouche est aussi l’auteur de pièces de théâtre à succès, comme Le Jeu de la vérité, Boire, fumer et conduire vite ou encore Les Grandes Ambitions, et animateur d’émissions (Top Gear France). Après son roman J’en ai marre d’être juif, j’ai envie d’arrêter (Le Cherche Midi, 2007), il a publié en octobre 2021, chez Robert Laffont, l’essai enflammé N’oublie pas d’être heureux qui invite chacun à prendre la responsabilité de sa vie.