Article

Réinvitons la nature dans nos villes !

Catégorie(s) : À découvrir, Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Livres, Nature, Rencontres, Sagesse & spiritualité, Santé

Président et fondateur du collectif de jardiniers urbains et créatifs “Merci Raymond”, qui vient de publier, aux éditions Marabout, le livre « Tous acteurs de la révolution verte », Hugo Meunier partage avec nous sa vision des villes de demain, un environnement qui réinvite la nature pour l’épanouissement de chacun.

Happinez : Quelle mission votre collectif Merci Raymond s’est-il donnée ?

Hugo Meunier : Avec Antoine Baume et Guillaume Hadhigeorgiori, les co-fondateurs de Merci Raymond, nous aimons tous les trois le dynamisme des centres urbains, mais étant habitués à l’air pur de la campagne, aux fruits et légumes frais et à la verdure, nous les trouvons trop bétonnés. Nous ne nous sommes jamais totalement résignés au gris et à la pollution des villes. En 2015, j’ai quitté mon poste de juriste au sein du Conseil national du numérique, pour me tourner vers le jardinage en fondant Merci Raymond. L’objectif de ce collectif est avant tout de sensibiliser les urbains et chaque citoyen aux bienfaits du vert, et de rendre les villes plus vertes et plus gourmandes. Pour cela il a fallu se professionnaliser pour mener des actions efficaces de végétalisation et d’agriculture urbaine notamment. L’un de nos plus gros projets a consisté à végétaliser les espaces de coworking Nextdoor, puis plus de 35 000 m2 du campus de startups Station F. Aussi, nous avons été lauréats de l’appel à projet Parisculteurs pour produire une bière ultra-locale dans le 11ème arrondissement. Et également, de l’appel à projet Réinventer Paris 2 avec le groupement GA Smart Building pour le site La Marseillaise dans le 19ème arrondissement.

 

Happinez : Qui est ce fameux Raymond auquel votre collectif exprime toute sa gratitude ?

Hugo Meunier : Cette aventure est, avant toute chose, un hommage à mon grand-père Raymond, un agriculteur du sud-ouest de la France depuis plusieurs générations. Il m’a transmis l’amour de la terre et des bons produits du terroir, ainsi que des valeurs de la campagne que je veux promouvoir, avec Merci Raymond, dans les villes. Pour la petite histoire, en 2014 j’ai fondé “Le Marché de Raymond”, une plateforme en ligne de livraison de paniers gourmands des produits de chez moi. Cette idée m’est venue face à l’engouement de la part de mes proches citadins pour les produits du terroir que je ramenais après mes visites dans ma famille. Avec Merci Raymond, j’ai voulu aller encore plus loin et ramener la campagne dans nos villes.

 

Happinez : Auriez-vous quelques conseils incontournables pour végétaliser la ville ?

Hugo Meunier : Je dirais tout d’abord que pour végétaliser les villes, les métiers d’architectes, d’urbanistes et de designers doivent se réinventer. Nous voyons apparaître une nouvelle génération qui pense les villes de demain en appréhendant les végétaux non comme un problème mais comme une solution. Il est nécessaire d’intégrer la nature dans les constructions, ce qui réduit leur impact énergétique de manière considérable, et de s’en inspirer.

Aussi, l’agriculture urbaine est un des moteurs principaux de la Révolution Verte : le meilleur moyen de se reconnecter à la nature est de le faire dans notre assiette. Elle donne une priorité aux produits locaux s’inscrivant dans une démarche écoresponsable, et à la connaissance de la saisonnalité des produits.

Dans le livre Tous acteurs de la révolution verte, Merci Raymond valorise les initiatives de végétalisation urbaine et d’agriculture urbaine portées par les acteurs de la révolution verte, qui apportent des solutions aux enjeux de la ville verte ! Nous donnons 25 actions concrètes que chacun peut mener pour prendre part à cette révolution et devenir un jardinier urbain ! Par exemple, l’installation d’un compost, la mise en place d’îlots de fraicheur intérieur, la consommation de ses propres aromates, la création d’une jardinière, etc.

 

Propos recueillis par Aubry François

Portrait © Merci Raymond