Article

Rebelles silencieux… Lutter spirituellement contre les injustices

Catégorie(s) : À découvrir, Sagesse & spiritualité, Développement personnel, Art de vivre, À la une

Tout le monde ne se sent pas forcément à sa place sur une barricade, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire entendre sa voix. Tout l’art consiste à ne pas céder à la colère ou à la peur. Comment contribuer à un véritable changement ? Petit tour d’horizon des différentes manières de protester. Il y en aura sûrement une qui vous conviendra.
Extrait de Happinez 62 – découvrez la magie
Texte Pauline Bijster Photo Ankhesenamun/Unsplash

Il y a tant de choses qui pourraient aller mieux, être plus justes ou différentes. Pour améliorer le monde, nous sommes tous nécessaires. L’humanité est parfois comparée à un grand tapis cosmique dans lequel chaque individu est un nœud unique placé exactement au bon endroit, créant ainsi un magnifique motif. Nous avons besoin de militants, d’acteurs du changement, mais également de guérisseurs et d’unificateurs attentifs. Que vous vous sentiez concerné par les grandes questions sociales telles que le féminisme, le mouvement Black Lives Matter, le climat, ou que votre cœur batte pour une cause moins médiatisée, vous pouvez apporter votre pierre à l’édifice d’un monde plus beau, plus propre, plus apaisé. L’essentiel est de trouver une forme d’expression qui vous convienne et que vous serez en mesure de tenir sur le long terme.

« Quand on suit régulièrement l’actualité, il est difficile de ne pas se décourager. Quel est l’intérêt de vivre de manière durable, de payer ses impôts et de collecter des fonds pour des œuvres de bienfaisance si d’autres n’en ont rien à faire ? Si de telles pensées vous traversent parfois l’esprit, rappelez-vous que le cynisme n’est qu’un autre mot pour la paresse. »

Rutger Bregman dans Humanité. Une histoire optimiste (Seuil, 2020).

Que pouvez-vous faire ?
• Osez penser, faites des recherches, documentez-vous sur la cause dans laquelle vous souhaitez vous investir.
• Inventez, imaginez et fantasmez un monde meilleur. Si vous ne pouvez pas l’imaginer, il ne pourra pas non plus devenir réalité.
• Consommez consciemment : vous votez aussi avec votre portefeuille (et avec votre fourchette, et avec la banque à laquelle vous confiez votre argent).
• Investissez-vous, et amusez-vous ! Le plaisir vous aidera à tenir sur la durée.
• Faites un plan, n’improvisez pas mais organisez.
• Faites un effort. Le “clictivisme” (à coup de hashtags, likes et partages sur les réseaux sociaux) peut être un soutien mais n’est souvent pas suffisant en soi pour changer réellement quelque chose.
• Faites-le ensemble – unissez-vous, rejoignez une organisation existante.

Conseils issus de Practivisme, Eva Rovers (Prometheus, 2018)

Amour et résilience
Dans le documentaire How to let go of the world… and love all the things climate can’t change, le réalisateur américain Josh Fox s’intéresse à la vitesse à laquelle le climat change et à ce que nous pouvons encore faire. Au début, ses découvertes l’attristent et le découragent même. Mais il finit néanmoins son périple en dansant. « Dans la deuxième partie du film, je montre des choses que le climat ne peut pas changer : les droits de l’homme, l’innovation et la créativité, mais aussi le courage, la résilience, l’amour. Autant de choses dont nous aurons grandement besoin pour affronter les catastrophes climatiques et les grands bouleversements à venir. Nous aurons besoin de ces valeurs si nous voulons encore sauver quelque chose de notre civilisation. Et si nous n’y arrivons pas, nous en aurons encore plus besoin. » Retrouvez l’intégralité de l’interview sur YouTube.

 

Trois exercices quotidiens à faire chez soi
• J’essaie de réfléchir à chaque choix de consommation que je fais, chaque jour. Puis-je ne pas l’acheter ? Puis-je choisir l’option qui causera le moins de souffrance à la planète ?
• Chaque fois que je sors, je ramasse trois déchets que je trouve par terre et qui ne sont pas les miens. Bien sûr, ce n’est pas cela qui permettra de nettoyer les rues de New York. Mais cela m’oblige à m’arrêter un instant, à être conscient de la rue.
• Je dis toujours merci, pour chaque service, chaque transaction. Cela enlève de la valeur à l’argent, c’est l’interaction entre une personne et une autre qui compte.
Source : One City – A declaration of Interdependence du professeur bouddhiste Ethan Nichtern (Wisdom Publications, 2007), non traduit.

Retrouvez l’intégralité du dossier Rebelles silencieux dans Happinez 62 – découvrez la magie