Article

Raphaëlle Giordano : faire rayonner l’énergie de l’amour, le 1er juillet au théâtre de l’Atelier !

Catégorie(s) : À découvrir, À la une, Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Livres, Rencontres, Sagesse & spiritualité

Lumineuse, douce, pétillante et profondément humaine, Raphaëlle Giordano partage avec nous autour des thèmes qui lui sont chers. Retrouvez-la au théâtre de l'Atelier à Paris le 1er juillet pour une conférence exceptionnelle !

ÉNERGIE

C’est une chose que l’on a beaucoup à des moments, puis certaines personnes ne vous laissent pas le temps de vous reposer, et votre énergie s’étiole. Chacun a une manière unique de fonctionner. Et bien se connaître est utile, pour repérer ce qui nous convient. Accepter d’être comme on est, et pas comme est le voisin. Il m’a fallu du temps pour inventer un mode de vie qui respecte mon rythme : c’est-à-dire une alternance de moments yin et de moments yang. Je suis plutôt une sprinteuse qu’une coureuse de fond. Je peux faire des choses extraordinaires devant des centaines de personnes, mais il me faut un temps après de retour à soi, de choses simples. Pour retrouver mon énergie. Quand j’étais en agence de communication, c’était du 400 % tous les jours. Trouver des idées, toujours plus, sans pauses. Et quand vous êtes usée, on vous jette. Se connaître, c’est adapter ses modes de fonctionnement. Savoir quand on peut donner son énergie, mais aussi quand il est temps de se ressourcer. Et là, il est important de savoir comment le faire, comment se procurer de la joie de vivre. Quel est votre carburant ?

AIMER

C’est le thème d’une vie. Ça a donné un sens à la mienne. Je le dis dans la préface de mon deuxième livre : « Aimer plus. Aimer mieux. Aimer mal. Mais aimer. Faire éclore ce magnifique potentiel de joie, de créativité et de bonheur, à faire rayonner en soi et autour de soi. » On peut partir de petites choses pour aller vers de plus grandes : aimer les petites pousses de la plante dont on a pris soin, aimer l’animal de compagnie qui nous le rend par de grands moments de fête, aimer les siens à travers un plat préparé avec affection… Laisser infuser ces moments d’amour, c’est le principe de la psychologie positive. C’est ce qui peu à peu aide à métamorphoser notre façon de voir la vie. On se laisse guider par ce mot. Quand je me lève, il y a un moment de paix. Je m’assois en lotus dans le canapé, j’ai un café, je prends le temps avec mes bonnes tartines, les feuilles qui s’agitent devant moi… Ce sont des moments de grâce. Après, il y a l’amour amoureux. C’est l’amour de l’autre, la qualité d’une présence, ce que l’on peut offrir. Il y a tellement à donner. Même avec une personne que vous ne connaissez pas ou peu, vous pouvez choisir de lui accorder une vraie qualité d’attention et non la “zapper”. Rien que pratiquer l’art du sourire, ça peut tellement changer le visage d’une journée chez les gens que vous croisez ! Donnons-nous ça plutôt que de l’agressivité. Ensuite, il y a l’amour de ses enfants, c’est encore différent. J’ai un ado de 12 ans, et l’aimer, c’est ne pas le brosser dans le sens du poil. Je l’aime tellement qu’il me faut parfois être dure, pour le guider vers l’autonomie, la responsabilité. C’est pour moi la plus belle preuve d’amour.

RAYONNER

On parlait d’énergie, et je pense que quand on s’est bien occupé de soi, on peut en exporter. On peut en distribuer autour de soi. On rayonne avec ce qu’il y a à l’intérieur de nous, ce que l’on a cultivé. Changer de posture intérieure a changé ma vie. Je me nourris de belles valeurs, inspirantes. Je me considère comme une exploratrice-créative existentielle. À travers mes livres, j’explore les grands thèmes de la vie, et j’en parle d’une manière qui me ressemble : légère et pétillante. Je dis avec mes mots ce que de grands maîtres et penseurs ont passé une vie à étudier. Il est bon d’accepter la vie telle qu’elle est, dans sa réalité, avec ses joies, ses souffrances, ses doutes, ses espoirs… Il apparaît que c’est en acceptant la vie avec ses règles du jeu qu’on peut la traverser avec plus de sérénité. La meilleure solution que j’ai trouvée pour calmer les crises existentielles que j’avais dans la vingtaine, c’est de regarder les choses en face : on ne peut influer sur les aléas de l’existence. Mais en changeant notre posture intérieure, on peut changer notre façon de voir les choses. Conscientisons les instants passés ensemble. Soyons amour, le reste est superflu, c’est comme cela qu’on quitte la peur.

SIMPLICITÉ

Vouloir posséder toujours plus, c’est un mal de l’époque. Or il me semble que trouver sa paix, c’est aller vers l’épure, un mode de vie simple. Avec un confort, mais sans excès. La quête du toujours plus n’amène pas plus de bonheur : une plus grosse voiture, un plus grand appartement, toujours de plus belles vacances. Pourtant, ce qui compte, c’est de qui nous sommes entourés. Le goût de la simplicité, c’est me dire que je n’ai pas besoin de plus. J’ai des moments parfois très yang, hors du commun, mais finalement, quand je retourne chez moi, j’aime vivre très simplement. Ça peut sembler invraisemblable, mais là, je fais les travaux dans ma cuisine, ça me permet de garder un contact avec le terrien, la Terre, les mains, faire, se débrouiller. La simplicité, c’est savoir faire son miel, et être heureux de peu.

 

Écrivaine, artiste peintre et coach en créativité, Raphaëlle Giordano est l’auteure des célèbres best-sellers Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Le jour où les lions mangeront de la salade verte et Cupidon a des ailes en carton, son dernier roman.

 

Portrait © Isabelle Nègre

Propos recueillis par Agathe Lebelle et Nathalie Cohen

 

Le 1er juillet au théâtre de l’Atelier, à Paris, Raphaëlle Giordano vous emmènera sur le chemin de votre ”love tour”, pour vous permettre d’améliorer votre ”amourability”, votre capacité à aimer, entre vous et vous, entre vous et l’autre, entre vous et le monde.
Renseignements et places sur www.terre-etoiles.fr