Article

Profonde relaxation avec le yoga du sommeil…

Catégorie(s) : À découvrir, À la une, Art de vivre, Bien-être, Rituels, Santé

Les mauvais dormeurs et les âmes tourmentées ne sont pas les seuls à tirer bénéfice du yoga nidra. Cette forme de yoga particulière qui se pratique couché sur le dos, en posture savasana, vous plonge dans l’état de relaxation le plus profond, apportant une véritable paix intérieure, sur le plan physique, mais aussi mental.

« C’est comme si on m’avait pris par la main pour m’emmener dans un endroit sûr et chaleureux. Je me suis retrouvée au milieu d’un espace-temps où seul régnait le calme de la respiration. Je n’avais RIEN besoin de faire. Sauf d’écouter une voix, ce qui allait tout seul. Bien entendu, j’étais parfois un peu distraite, mais finalement mon attention revenait toujours vers la voix sans que j’aie besoin de faire d’effort. Un état entre sommeil et éveil qu’il faut vraiment vivre. »
C’est ainsi que Fidessa Docters van Leeuwen décrit avec justesse sa première expérience du yoga nidra dans le livre Slaapyoga (Yoga du sommeil), écrit avec Kirstin Hanssen. Fidessa n’est pas la seule à être enthousiaste. Vous pouvez trouver sur Internet une multitude de témoignages de personnes qui ne se sont jamais senties aussi détendues qu’après une séance de yoga nidra. Les mauvais dormeurs qui font les exercices le soir s’endorment plus facilement. Ceux qui se réveillent plusieurs fois par nuit restent éveillés moins longtemps. Mais les gens parlent aussi d’esprit plus calme, de meilleure concentration, d’un surcroît d’énergie et de créativité, et même d’amour pour eux-mêmes. Et honnêtement, l’auteure de cet article (qui pratique depuis peu le yoga nidra) s’y reconnaît.

Cinq corps énergétiques
Yoga nidra signifie “yoga du sommeil” ou “sommeil du yogi”. Cette technique a été mise au point vers 1950 par Swami Satyananda Saraswati, fondateur de la Bihar School of Yoga, en Inde. Il a découvert qu’il existe un stade entre l’éveil et le sommeil au cours duquel vous n’êtes plus vraiment éveillé, mais où vous ne dormez pas encore. Lorsque vous atteignez cet état, la tension quitte votre corps et votre tête. Contrairement à d’autres formes de yoga, le yoga nidra ne connaît pas de postures assises ou debout. Vous êtes allongé aussi immobile que possible dans la posture savasana, la posture finale de (presque) tous
les cours de yoga, éventuellement sous une couverture. Pendant une séance de yoga nidra, une voix vous guide à travers les différentes phases de l’exercice. Vous n’êtes pas censé susciter vous-même ces différentes étapes dans votre tête, mais vous laisser accompagner. Car vous devez pouvoir vous détendre complètement et ne rien faire activement. « Le yoga nidra est axé sur les cinq couches qui nous composent, les koshas, également appelés corps énergétiques », explique Rolf van Baalen, professeur de yoga et expert du yoga nidra. Selon la philosophie du yoga, nous n’avons pas seulement un corps physique de chair et d’os, mais aussi un corps énergétique, mental, intellectuel et spirituel. Une séance complète touche toutes ces couches. Par ailleurs, dans le yoga nidra, il y a autant de professeurs que de styles. Vous avez des séances de dix minutes et d’autres d’une heure ou plus. Bien entendu, les plus courtes vont moins en profondeur que les plus longues. Parfois, cinq corps énergétiques sont touchés, et parfois uniquement deux ou trois.

Déroulement d’une séance
Une séance commence presque toujours par une brève série relaxante d’exercices de respiration et de conscience : vous prenez conscience de la pièce dans laquelle vous vous trouvez et de la façon dont vous êtes allongé. Ensuite, vous déterminez l’intention de la méditation : le sankalpa. Il s’agit d’un genre de mantra consacré au but auquel vous désirez parvenir. Par exemple : « Je suis mon intuition », « Je suis amour » ou « Je me détache de mes peurs. » Vient ensuite un scan corporel tel que nous le connaissons dans la pleine conscience, mais de nature différente. La voix qui guide vous invite à parcourir votre corps de haut en bas, d’avant en arrière et de droite à gauche. Lorsqu’une partie de votre corps est nommée, vous portez votre attention sur elle. C’est rapide, pour que vous ne vous endormiez pas et détaillé. Portez votre attention sur votre « pouce droit, index droit, majeur, annulaire, auriculaire, paume de la main, dos de la main, poignet ». Après ce scan corporel, vous êtes guidé le long des différentes sensations corporelles, par exemple douleur, plaisir, froid, légèreté ou pesanteur. L’exercice est fait pour que vous les éprouviez de façon neutre. Le froid est tout simplement le froid : il n’est ni bon ni mauvais, il est ce qu’il est. Ensuite, plusieurs images sont évoquées, comme le Soleil s’enfonçant dans la mer, un Bouddha rieur, une feuille tombant d’un arbre. Ces visualisations ont pour but de vous détacher d’éventuelles impressions non gérées du passé et de les assimiler. Pour terminer, vous répétez trois fois votre mantra et revenez lentement là où vous êtes, par exemple en agitant vos orteils ou vos mains.

Vous réinitialiser
« Le yoga du sommeil est un genre de sieste énergétique, au cours de laquelle vous restez éveillé », écrivent Fidessa et Kirstin dans leur livre. « C’est une façon simple de vous ressourcer, par exemple après une courte nuit », explique Kirstin Hanssen. Vous ne faites pas les exercices seulement pour mieux dormir, mais aussi pour vous réinitialiser dans la journée. « Ils vous vident la tête et clarifient vos pensées. C’est aussi une aide précieuse lorsque j’ai une dure semaine de travail avec beaucoup de dates butoirs. Dans ces moments-là, je prends justement le temps pour une séance. » Le professeur de yoga Rolf van Baalen s’en sert surtout pour donner forme à ses intentions. « Dans la vie quotidienne, beaucoup de gens utilisent des affirmations. Ils répètent régulièrement pour eux-mêmes ce qu’ils veulent : plus de bonheur, plus d’amour, une meilleure santé… Mais ce que l’on constate à ce moment-là, c’est que l’esprit se rebiffe. Vous voyez toutes sortes d’obstacles sur votre route et échafaudez toutes sortes d’hypothèses sur les raisons pour lesquelles vous ne le méritez pas, que l’on appelle les croyances limitatives. Au moment où, pendant le yoga nidra, vous êtes complètement détendu, votre cerveau est silencieux, et ainsi vous y êtes plus réceptif. Pour ma part, cela m’aide à réaliser plus vite cette intention. »

Ondes cérébrales
Vers le milieu du siècle précédent, Swami Satyananda Saraswati a découvert que pendant la pratique du yoga nidra, le subconscient est particulièrement réceptif aux informations. Alors qu’il n’est pas consciemment occupé à écouter des prières et à réciter des mantras pendant cette forme de somnolence, il les retient tout de même. Fidessa et Kirstin l’expliquent dans leur ouvrage. Selon elles, cela viendrait de l’augmentation de la quantité d’ondes alpha dans votre cerveau. Ces ondes alpha font baisser le stress et vous mettent dans un état de concentration optimal. Vous apprenez donc plus vite. Des scanners montrent que le cerveau se met en phase alpha pendant les séances de yoga nidra. Et lorsque vous vous assoupissez tout de même un peu, les ondes alpha-thêta augmentent dans votre cerveau. Selon les auteures, ces ondes thêta, qui sont également perceptibles pendant la méditation, sont comparées parfois à un état de conscience « mental, visuel, imaginatif, comparable à une transe ». Le yoga nidra veille à un bon équilibre entre les différentes ondes cérébrales. Le professeur de yoga Rolf van Baalen met toutefois en garde : il ne faut pas considérer le yoga nidra comme une alternative au sommeil. « On dit souvent qu’une séance équivaut à quatre heures de sommeil. C’est ce dont vous pouvez avoir l’impression, car, après coup, vous vous sentez frais comme un gardon, mais vous aurez toujours besoin de huit heures de sommeil. En outre, je conseille toujours aux gens de s’entraîner à rester éveillés et d’aller jusqu’au bout de la séance. Si vous vous endormez, ce n’est pas grave, mais vous aurez perdu certains avantages. »

Profonde relaxation
Il n’existe pas encore de vastes études sur l’effet du yoga nidra sur le sommeil. On pense toutefois qu’il s’agit de l’une des méthodes les plus puissantes pour parvenir à un état profond de relaxation. Des études de l’université médicale Chatrapati Sahuji Maharaj, en Inde, ont montré que le yoga nidra fait baisser la tension des femmes atteintes de troubles menstruels. Il semble en outre pouvoir réduire les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), ont constaté des chercheurs du Centre médical militaire Walter Reed, de Washington.

Mettez-vous à l’œuvre
Vous pouvez vous rendre à des séances de yoga nidra données par un professeur. Demandez si cela se pratique à l’endroit où vous pratiquez déjà le cas échéant ou tapez dans votre moteur de recherche “yoga nidra” suivi de l’endroit où vous habitez.
Vous pouvez également faire les exercices à la maison. La seule chose dont vous avez besoin, c’est d’un endroit silencieux où vous ne serez pas dérangé, de vêtements confortables et de l’enregistrement d’un cours de yoga nidra. Vous en trouverez gratuitement sur YouTube. Vous pouvez aussi vous procurer des cours, par exemple par le biais de casayoga.tv/d-yoga-nidra-en-ligne ou de yogaindra-online.com – vous pouvez y télécharger un cours complet.

Texte C Elzes
Photo Zoltan Tasi/Unsplash