Article

Méditation en pleine conscience pour les enfants

Catégorie(s) : Art de vivre, Bien-être, Développement personnel, Enfance, Livres, Psychologie, Rencontres, Rituels, Sagesse & spiritualité, Santé

Le docteur en psychologie et auteur de best-sellers, Ilios Kotsou, et la présidente de l’Association pour la Méditation dans l’Enseignement, Candice Marro, participent, chacun sur leur chemin consacré au développement personnel, à faire émerger un monde plus conscient, chaleureux et solidaire. De leur collaboration est né, ce printemps, le livre « Mon enfant médite en pleine conscience ». Ce manuel aussi ludique que profond permettra aux parents de guider sereinement leurs enfants dans une pratique qui pourra leur être très vite bénéfique sur les plans physiques, émotionnel et psychique. Un excellent moyen de commencer sa vie sous les plus zen auspices.

Happinez : Que peut apporter aux enfants l’apprentissage de la pleine conscience ?

Ilios Kotsou et Candice Marro : Nous pensons que la pleine conscience permet d’éclairer de merveilleuses potentialités déjà présentes chez nos enfants. Un peu comme s’ils possédaient, dans leurs jardins intérieurs, un ensemble de graines  : des graines de bienveillance, d’altruisme, de respect, de confiance, mais aussi d’agressivité et de jalousie. Cet apprentissage de la pleine conscience permet de veiller sur les graines que nous souhaiterions voir fleurir. Mais c’est aussi un guide de voyage : l’enfant découvre qu’il y a des étapes, des outils, une variété d’exercices – certains ludiques – qui vont l’amener à trouver des ressources ou des trésors, jusque-là inconnus, qui l’aideront dans de nombreuses situations du quotidien. Dans un monde ou les enfants sont souvent sur-stimulés et soumis très tôt à des exigences importantes, cultiver un espace intérieur d’apaisement et de résilience nous paraît essentiel. Méditer, c’est apprendre à prendre soin de soi et de se sentir moins impuissant face aux situations et défis proposés par la vie.

Happinez : Vous décrivez la pleine conscience comme un véritable continent. Quels en seraient alors les pays ?

Ilios Kotsou et Candice Marro : Les pays de la pleine conscience sont tous les supports qui offrent la possibilité de cultiver cette qualité d’attention bienveillante. Il y a le pays du souffle, où l’on pose notre attention. La respiration nous conduit ensuite à explorer et mieux prendre soin de l’extraordinaire deuxième pays du corps et des sensations. Dans le troisième pays, on peut s’interroger sur nos 5 sens : lequel utilise-t-on le plus ? Comment ouvrir ensuite chacun d’entre eux au vécu de l’instant afin d’oser une expérience plus riche, plus contrastée, plus vibrante de ce magnifique voyage de la vie ? Ou, au contraire, comment apaiser nos sens quand ils sont trop à vif, trop stimulés ? Comment apprendre à rentrer par exemple en soi, chez soi, « à fermer les yeux du dehors pour ouvrir ceux du dedans » ? Le pays suivant est celui des émotions. L’enfant y développe une capacité à identifier et décoder celles qui le traversent. Au pays d’après, nous apprenons à regarder nos propres pensées et à prendre une certaine distance vis-à-vis d’elles. Tout ceci pour finalement arriver au pays de la relation aux autres, et par extension, à notre environnement, à la planète, aux autres espèces, végétales et animales. Dans ces contrées, on apprend à développer les capacités pros sociales : l’écoute, l’empathie, le respect et la collaboration, plutôt que la compétition. Nous prenons conscience du fait que nous sommes tous connectés et donc tous coresponsables du monde dans lequel nous vivons.

Happinez : Au fond, les enfants ne sont-ils pas une porte d’accès à la pleine conscience pour leurs parents ?

Ilios Kotsou et Candice Marro : Tout à fait ! Les enfants sont très souvent les meilleurs ambassadeurs de cette pratique auprès de leur entourage. De nombreux témoignages nous le prouvent, tel celui d’Apolline, 10 ans, qui nous confiait « faire méditer tout le monde ! mes parents, mes frères, ma grand-mère ». Arnaud nous racontait, quant à lui, que ses parents se disputaient au retour des vacances et qu’il leur a demandé d’arrêter la voiture pour dire qu’ils ne repartiraient pas avant d’avoir respiré tous ensemble pour se calmer. De nombreux parents se retrouvent donc sensibilisés à la pleine conscience grâce aux effets observés chez leurs enfants, comme leur bien-être, qui les motive. Devenir parent, n’est-ce pas, en soi une invitation à plus de conscience, de présence ? Nos enfants ont surtout besoin de notre attention bienveillante et de moments dans la journée qui ne sont dédiés qu’à eux.

Happinez : Auriez-vous un exercice simple à conseiller aux enfants de nos lecteurs ?

Ilios Kotsou et Candice Marro : Oui, l’exercice des Petits Moments de Bonheurs (les « PMB »). Un PMB peut être tout simplement le sourire d’un camarade, un mot gentil, le bruit de la pluie, ou quelque chose dont l’enfant ne s’était même pas rendu compte. Tous les jours nous vivons des petits et grands instants chouettes, mais une petite chose qui est allée de travers (une dispute, un moment difficile à l’école, etc.)  peut vite nous les faire oublier. Pouvoir noter et se rappeler des moments positifs est donc important. Ils s’inscrivent en nous et nous pouvons alors les retrouver plus facilement.

  • Pour commencer, prends une feuille de papier et assieds-toi confortablement.
  • Ferme les yeux, si tu peux.
  • Imagine que tu es un photographe et que tu revisites ta journée en essayant d’en capturer tous les petits moments de bonheur.
  • Dès que tu trouves un PMB, prends une photo !
  • Quand tu as terminé, ouvre les yeux et écris sur ta feuille tous ces PMB, pour t’en souvenir.
  • Recommence autant de fois que tu en as envie. Il y aura des jours où tu ne ramèneras pas beaucoup de photos et d’autres où tu en auras toute une collection.

 

Propos recueillis par Aubry François