Article

Dépasser ses peurs grâce au yoga du rêve

Catégorie(s) : Bien-être, Développement personnel, Psychologie

Docteur en médecine spécialisée en psychiatrie, Marine Colombel exerce dans l’établissement public de santé mentale Barthelémy Durant à Étampes. Elle a réalisé une thèse de médecine sur l’hypnose thérapeutique et un mémoire de spécialité sur l’apport de la méditation mindfulness au bien-être des soignants. Après un premier livre, La Méditation anti burn-out, Marine Colombel nous invite à passer la porte mystérieuse des songes dans l’ouvrage Prenez les commandes de vos rêves, publié chez Marabout en septembre 2019, ou comment le yoga du rêve peut nous aider à vaincre, pendant la nuit, les peurs et les angoisses qui nous collent à la peau le jour.

Happinez : Quelle est l’influence de nos rêves sur notre vie éveillée ?

Marine Colombel : Voici une question qui interroge encore les scientifiques. Nous savons que le rêve existe depuis le début de l’humanité et que tout le monde rêve. La nature n’aimant pas les éléments inutiles, si tous les humains expérimentent chaque nuit cet état, c’est que le rêve est un besoin vital pour l’organisme. Mais quels sont les bienfaits des rêves ? Voici quelques éléments de réponses :

Régulateur de l’humeur, le rêve nous permet indéniablement de retrouver notre équilibre émotionnel. Une émotion particulièrement importante dans le rêve est la peur. En vivant de la peur, de la joie, de la colère, etc., nous ressentons dans le rêve des émotions fortes souvent réprimées au sein de notre société moderne. Nous pouvons les expérimenter pleinement, les exprimer et nous familiariser avec elles. Nous ne les refoulons plus, nous apprenons à vivre avec. Nous apprenons à ne plus les subir mais à en prendre les rênes.

Le rêve nous offre la possibilité de résoudre un problème que nous n’avons pas réussi à régler. Notre inconscient profite du fait que notre cerveau soit moins sollicité au moment du sommeil pour revivre une difficulté ou un problème de la journée. C’est un bon moyen de trouver des solutions alternatives auxquelles nous n’aurions pas pensé durant la veille, car, dans le rêve, nos capacités de création sont démultipliées. Nous sommes moins soumis à nos raisonnements habituels et à notre propre jugement critique, qui nous empêchent d’expérimenter. Le rêve nous sert alors de tableau blanc pour écrire tout ce qui nous passe par la tête. En somme, il agit comme une réunion de brainstorming.

Le rêve nous permet de préparer notre journée du lendemain. Il est une sorte d’entraînement virtuel qui nous confronte à une difficulté, à un problème que nous risquons de rencontrer dans les jours à venir. Comme un sportif qui visualise sa future compétition, le rêve nous prépare mentalement à l’étape que nous allons bientôt devoir franchir. C’est un élan vital nous aidant à y faire face.

 

Happinez : Comment le yoga du rêve peut-il nous permettre de “prendre les commandes” de nos rêves ou d’en garder un souvenir très précis ?

Marine Colombel : Tout le monde rêve et nous pouvons tous améliorer cette pratique ! Mieux rêver, cela s’apprend. En s’exerçant régulièrement au yoga du rêve, nous pouvons rapidement améliorer les souvenirs de ces vécus nocturnes.  Le secret du yoga du rêve réside dans la conscience. Nous apprenons à maintenir notre attention présente jusqu’au moment de l’endormissement, puis à augmenter la lucidité à l’intérieur même de nos rêves, sans nous réveiller, évidemment ! En augmentant notre niveau de conscience la journée et au moment de s’assoupir, notre esprit apprend peu à peu à développer cet état de pleine conscience et de lucidité qu’il développera à l’intérieur des songes. Pour notre cerveau, il n’y a pas de différence entre le moment où nous sommes réveillés ou le moment où nous rêvons. Ce sont, chaque foi,s des expériences que nous pouvons faire en étant plus ou moins conscients d’exister, d’être là, d’être présents à l’expérience.

 

Happinez : Quels sont les bénéfices de la pratique du yoga du rêve ?

Marine Colombel : Elle apporte tout d’abord une amélioration de notre endormissement. Au lieu de passer notre temps à nous tourner et à nous retourner dans notre lit en attendant un sommeil qui ne veut pas venir, nous profitons  de cet instant de paix et de tête-à-tête avec nous-même pour détendre notre corps et notre esprit. Le yoga du rêve change notre perception du rituel du coucher. Il devient un instant important de la journée où nous nous permettons de nous faire du bien.

Le deuxième effet concerne le sommeil lui-même. Comme je l’ai dit plus haut, en pratiquant le yoga du rêve, nous augmentons notre niveau de conscience dans les rêves. Ceux-ci deviennent alors plus riches, ils comportent davantage de détails. Nous découvrons tout un monde imaginaire qui vit en nous sans que nous ne nous en apercevions. C’est l’occasion d’instaurer un contact plus intense avec notre soi profond, nos valeurs, ce qui nous fait vivre.

Enfin, lorsque nous arrivons à prendre les commandes de nos rêves, une multitude de choix s’offrent à nous. Nous pouvons simplement vivre le rêve tel qu’il est, mais aussi le modifier pour connaître de nouvelles expériences comme voler, respirer au fond de l’océan ou, pourquoi pas, explorer l’espace. Tout est possible, la seule limite est celle de notre imaginaire. Le yoga du rêve nous offre la possibilité de goûter à une liberté sans entraves, épanouissante et surtout sans conséquences dans le monde physique. Plus la lucidité s’accroît, plus l’occasion nous est proposée d’utiliser cet espace pour faire face à nos peurs et aux blocages psychologiques que nous connaissons. Il est possible d’affronter ses cauchemars en ne détournant pas les yeux car nous savons que nous sommes aussi en sécurité, qu’il ne s’agit que d’un rêve. Beaucoup d’anciens traumatismes peuvent être ainsi levés.

 

Happinez : Auriez-vous un exercice de yoga du rêve à nous transmettre pour nous initier à cette technique ?

Marine Colombel : Pour augmenter la lucidité grâce au yoga du rêve, il faut pratiquer la méditation la journée (comme la méditation mindfulness), mais surtout au moment du coucher.  Voici l’une des méditations que l’on peut essayer chez soi, au moment d’aller au lit, pour accompagner notre corps dans un endormissement serein.

Pour cela, allongez-vous sur votre matelas, les bras de chaque côté du corps dans la position qui se nomme, en sanskrit, Savasana. Pour conserver le dos droit, posez votre tête à même le matelas ou sur un oreiller plat. Prenez conscience de votre respiration et portez délicatement votre attention sur la base de votre gorge pour simplement sentir l’air qui entre et qui sort, sans essayer de modifier ce flux. Soyez simplement là. Si des images apparaissent, laissez-les venir, laissez-les partir, sans les entretenir. Continuez simplement de porter votre attention sur votre respiration. Peu à peu le corps ralentit, les sens s’éteignent, laissez-les faire, accompagnez l’arrivée du sommeil en maintenant le fil de votre conscience sur ce point de respiration au niveau de la gorge.

 

Propos recueillis par Aubry François

 

Photo © Mohamed Nohassi / Unsplash

Portrait © Astrid di Crollalanza